Le programme éducatif

La garderie adopte et applique le programme du ministère de la Famille : Accueillir la petite enfance. Ce programme part du principe que les enfants apprennent en jouant. Le programme éducatif de la garderie est axé sur le développement global de l’enfant et favorise son développement socioaffectif, moteur cognitif et langagier.

Fondements théoriques

 Notre pratique repose sur des fondements théoriques tirés du programme éducatif des services de garde du Québec.

L’approche humaniste

 Le courant psychologique humaniste invite à faire confiance aux capacités de chaque enfant pour lui permettre de développer son plein potentiel en centrant les actions éducatives sur les compétences, les besoins, la curiosité et la créativité.

L’approche écologique

Théorie à la base du programme ministériel. Elle met l’accent sur l’influence mutuelle entre chaque enfant et l’environnement qui l’entoure et ses effets sur le développement de cet enfant.

L’enfant se retrouve au centre de cette interaction avec les cinq (5) principes de base. Puis, l’environnement l’influence à trois niveaux. C’est-à-dire :

– Le milieu familial : climat qui y règne, les règles de vie, la gestion des conflits qui s’y passent et le niveau de compétence parentale.

– Le milieu de vie : le lieu de résidence, le quartier, le réseau d’amis, le milieu de travail des parents et la garderie.

– L’arrière-plan (toile de fond) : les comportements jugés acceptables par la société et les attentes de cette dernière dans laquelle il vit.

Ainsi, à l’intérieur de cette approche, l’éducatrice doit composer avec l’environnement et l’enfant pour favoriser le développement global harmonieux de ce dernier. C’est-à-dire :

– Les périodes critiques : laps de temps où le cerveau présente un potentiel maximal pour acquérir de nouvelles habiletés reliées au rythme unique de chaque enfant.

– Les facteurs de risque : ce sont des situations pouvant compromettre le développement d’un enfant (maladie chronique, abus, négligence, milieu défavorisé, etc.).

En lien avec cette approche écologique, l’éducatrice installe et adapte régulièrement l’environnement du local (horaire, coins de jeux, types d’activités, etc.) avec des facteurs de protection (c’est-à-dire en laissant des repères à l’enfant afin qu’il ne se perde pas entre deux réaménagements favorisant ainsi le sentiment de sécurité dans l’apprentissage de sa vie), par rapport à l’évolution des enfants en tenant compte de leur développement et des facteurs de risques auxquels ils font face. Pour qu’ainsi, l’influence mutuelle entre l’environnement et l’enfant soit positive pour ce dernier.

La théorie de l’attachement

 Cette théorie découle de l’approche écologique. Elle met en évidence le niveau de sécurité affective entre l’adulte et l’enfant ainsi que l’évolution de cette relation à travers l’environnement écologique de l’enfant. Chaque relation est unique et se caractérise par le lien entre l’enfant (tempérament, caractéristiques individuelles, son environnement écologique, etc.) et l’adulte qui en prend soin (tempérament, caractéristiques individuelles, environnement écologique, capacité d’interprétation des signaux de l’enfant, du degré de stimulation qu’il offre, etc.).

L’attachement (façon, capacité) évoluera à travers les différents niveaux de son environnement, en commençant par la relation de tous les jours qu’aura l’enfant avec sa première « figure d’attachement » : père, mère, tuteur, etc.

Cette relation sera la base de tout le développement affectif de l’enfant et des relations futures qu’il aura au courant de sa vie. Vient ensuite, en complément et non en opposition, l’attachement avec d’autres personnes (frère, grands-parents, éducatrice, etc.) qui sera grandement influencé par celui vécu avec la première « figure ».

Pour illustrer cette théorie, parlons de l’arrivée à la garderie qui est souvent la première séparation entre l’enfant et ses parents. Cette séparation représente un défi pour eux et l’éducatrice : chaque enfant doit conserver son identité pendant qu’il est à la garderie. Les parents doivent faire confiance au personnel de la garderie et accepter le lien que crée l’enfant avec l’éducatrice. C’est pourquoi l’éducatrice se doit d’établir une relation sécurisante avec l’enfant et gagner la confiance des parents. La Garderie, par le biais de son personnel, offre des conditions propices a un lien d’attachement sécurisant en assurant la stabilité du personnel responsable de l’enfant, en implantant des routines et rituels dans la journée pour servir de repères aux enfants, en reflétant une image positive des parents à chaque enfant et en permettant à chacun des enfants d’avoir un ou des objets de transition en provenance de la maison (toutou, couverture, etc.).

Finalement, plus l’enfant reconnaîtra des similitudes entre sa maison (ce qu’il connaît déjà) et la garderie, plus l’enfant verra que ses parents font confiance à ses éducatrices, plus il sera apte à faire confiance à ses éducatrices.

L’apprentissage actif et accompagné

L’apprentissage actif est l’élément clé qui permet à l’enfant de manipuler, explorer, expérimenter, faire des choix et s’exprimer grâce à son potentiel. La garderie s’assure que l’environnement soutient l’apprentissage actif de l’enfant à travers l’aménagement (par coins de jeux) et l’accessibilité aux matériels.

L’éducatrice quant à elle, joue un rôle de facilitatrice accompagnant l’enfant dans son apprentissage. La routine établie par la garderie permet aux éducatrices d’organiser le déroulement de la journée en fonction des besoins des enfants. Elles planifient des expériences et des activités qui répondent aux intérêts, au rythme et au développement global des enfants.

L’éducatrice sert de guide aux enfants. Elle est celle qui écoute et qui observe; elle apprend avec eux et par eux; elle découvre leurs idées, leurs questionnements et cherche à y répondre en planifiant sa journée selon leurs intérêts. L’approche préconisée par la Garderie Éducative encourage chaque enfant à développer sa personnalité, dans toute son originalité et sa différence. Les éducatrices sont des personnes-ressources sur lesquelles les enfants peuvent compter à titre de partenaire et de guide.

L’intervention de style démocratique

À la garderie, nous adoptons une pédagogie ouverte et un mode d’intervention démocratique, ce qui favorise l’apprentissage actif !

 La pédagogie ouverte vise à permettre un apprentissage actif. L’intervention démocratique est au cœur de l’application d’une pédagogie ouverte. Elle favorise l’instauration d’un climat harmonieux, propice aux échanges positifs et permet le développement global de l’enfant. Elle vise autant à répondre aux besoins socioaffectifs des enfants qu’à favoriser le développement de leur estime de soi. Cette approche est au centre de notre méthode de discipline. Le tableau ci-dessous vous permettra de mieux comprendre ce que nous entendons par « intervention démocratique » :

En bref, l’intervention démocratique est un partage dans la prise de décision qui permet d’établir une relation où chacun a la possibilité d’exprimer ses besoins, ses limites et de négocier des solutions acceptables. Elle repose sur trois valeurs fondamentales soit : lerespect, la constance et l’impartialité.

Les cinq principes directeurs de notre programme

La collaboration entre le personnel éducatif et les parents contribue au développement harmonieux de l’enfant

 Le milieu de garde est un lieu d’échange où parents et éducatrices sont des partenaires. Grâce à une relation basée sur la confiance et la collaboration, l’enfant éprouvera un sentiment de sécurité et de cohérence. L’observation attentive permet aux éducatrices de mieux connaître les enfants de leur groupe. L’enfant peut ainsi agir sans oppression tandis que l’éducatrice recueille des renseignements essentiels pour accompagner chaque enfant dans son individualité.

Chaque enfant est un être unique

 Les activités éducatives respectent le rythme et les besoins de chaque enfant. Les enfants sont considérés de manière équitable malgré leurs différences. Les interventions et les objectifs de développement sont individualisés.

Le développement de l’enfant est un processus global et intégré

Le développement de l’enfant tient compte de ses habiletés et de toutes les dimensions de sa personne : physique et motrice, intellectuelle, langagière, socioaffective et morale. L’évolution d’une de ces dimensions fait nécessairement appel aux autres et exerce un effet d’entraînement sur le développement global de l’enfant.

L’enfant est l’acteur principal de son développement

Pour se développer, l’enfant a besoin d’échanger avec son environnement physique et humain. Il apprend à se connaître, à connaître les autres ainsi que son environnement. L’éducatrice n’est plus celle qui transmet les connaissances, mais une personne-ressource qui guide et supporte. Elle propose un programme d’activités issu de l’intérêt des enfants et organise l’environnement en conséquence.

L’enfant apprend par le jeu

Le jeu constitue pour l’enfant l’instrument par excellence pour explorer l’univers, le comprendre, le maîtriser. Il doit être considéré comme l’outil essentiel d’expression et d’intégration de l’enfant. Le jeu est la principale activité de la garderie et la base de l’intervention éducative. « Donnons la chance à l’enfant d’être et de vivre comme un enfant ».

Le développement global de l’enfant

 Le développement de l’enfant est un processus global impliquant plusieurs domaines, et ce, dès sa naissance. Les diverses domaines, telles que décrites ci-après, se développent simultanément à travers les expérimentations et les apprentissages de l’enfant.

Le développement physique et motrice

Cette dimension fait référence aux besoins physiologiques, physiques, sensoriels et moteurs de l’enfant. Le développement de ses habiletés motrices (agilité, endurance, équilibre, latéralisation, etc.) comprend la motricité globale (s’asseoir, ramper, marcher, courir, grimper, saisir un objet…) et la motricité fine (dessiner, enfiler des perles, découper…). Offrir aux enfants la possibilité de bouger favorise leur développement physique et moteur tout en les menant à acquérir de saines habitudes de vie et en prévenant l’obésité.

 

Le développement social et affectif

La satisfaction des besoins affectifs de l’enfant est tout aussi vitale que celle de ses besoins physiques. Aussi est-il de la plus haute importance de créer une relation affective stable et sécurisante avec l’enfant dès son entrée au service de garde, car c’est à partir de cette relation qu’il pourra se développer harmonieusement. Le milieu de garde offre à l’enfant l’occasion d’apprendre à entrer en relation avec d’autres, à exprimer et à gérer ses émotions, à se mettre à la place de l’autre et à résoudre des problèmes. L’acquisition d’habiletés sociales lui permet d’entretenir des relations saines et harmonieuses avec son entourage et de tenir compte de la perspective des autres avant d’agir.

Le développement cognitif

 Un milieu de vie stimulant permet à l’enfant de développer ses différents sens, d’acquérir des connaissances et de nouvelles habiletés et de comprendre de plus en plus le monde qui l’entoure. Le personnel éducateur soutient les enfants sur ce plan en favorisant chez eux la réflexion, le raisonnement et la créativité.

 

Le développement langagier

Le développement du langage et de la représentation symbolique est renforcé par la vie en groupe. Le personnel des services de garde contribue au développement des enfants sur ce plan en parlant avec eux et en les aidant à exprimer de mieux en mieux leurs besoins et leurs émotions, à poser des questions, à améliorer leur prononciation et leur vocabulaire.

 

Les moyens

 Pour ce qui est de la structuration des activités, l’éducatrice bénéficie de périodes de planification lui permettant de bâtir un plan d’activités et d’interventions, de revoir, si besoin est, l’aménagement de son local, de faire l’achat de matériel, des recherches dans des livres ou sur Internet, d’échanger avec ses collègues, etc.

Bien qu’à la Garderie nous privilégions l’apprentissage actif et le situons au cœur de l’horaire quotidien, nous planifions aussi régulièrement des moments pour d’autres types d’expériences tout aussi importantes. Les différentes périodes de la journée possèdent chacune des caractéristiques précises qui les distinguent les unes des autres. Elles partagent un objectif commun : valoriser l’engagement actif des enfants dans leurs expériences d’apprentissage avec le matériel, les personnes, les concepts et les évènements.

Dans ce contexte d’apprentissage actif, la division en groupes d’appartenance procure aux enfants des moments où ils peuvent utiliser le matériel, parler de leur découverte et résoudre les problèmes qui surviennent. À la garderie nous avons la chance de profiter de lieux permettant la division du nombre total d’enfants en cinq (5) groupes distincts où des éducatrices titulaires interviennent et évoluent en accord avec les orientations éducatives contenues dans ce document. Cela favorise le développement d’un sentiment d’appartenance et facilite le déroulement des activités. Il est toutefois important de spécifier que ces groupes sont des divisions souples et que les éducatrices sont appelées à intervenir auprès de tous les enfants de la garderie éducative et donc nécessairement auprès d’enfants plus ou moins âgés que les enfants de son groupe, surtout en période de jeu multi-âge comme à l’ouverture et fermeture de la garderie.

La garderie éducative est constituée de cinq (5) groupes, chacun possédant son local :

  1. Les Chenilles (0 mois à environ 2 ans)
  2. Les Papillons (environ 2 ans à 3 ans)
  3. Les Tulipes (environ 3 ans à 4 ans)
  4. Les Lilas (4 à 4,5 ans)
  5. Les Jasmins (4 à 5 ans)